Mercredi 8 mai 2019 à 19h30 - « Juré, craché, nous sommes tous sauvés »

Mercredi 8 mai 2019 à 19h30 - « Juré, craché, nous sommes tous sauvés »

Une pièce de théâtre basée sur le journal intime de Diana Budisavljević,

Diana Budisavljević (1891-1978) était une militante engagée dans l’aide humanitaire qui a sauvé des milliers de jeunes enfants serbes des camps de concentration de l'État indépendant de Croatie. La Seconde guerre mondiale est marquée en Croatie par une guerre civile opposant divers groupes idéologiques et nationaux. L’État indépendant de Croatie était un régime autoproclamé en 1941 par les Oustachi, régime croate d’extrême-droite collaborationniste, sur le territoire des actuelles Croatie et Bosnie.

D’origine autrichienne et mariée à un chirurgien serbe de Zagreb, Julije Budisavljević, Diana a consacré sa vie aider les femmes et enfants enfermés dans les camps de concentration. Elle a créé des dossiers contenant des informations très précises sur les enfants prisonniers dans le but de garder une trace de leur identité. On estime que l’engagement de Diana a permis de sauver la vie de près de 8.000 à 10.000 enfants. À la fin de la guerre, les services de sécurité s’emparent des dossiers de Diana Budisavljević et interrompent ainsi son minutieux travail. Très peu de sources historiques la mentionnent et son journal, même s’il peut paraître limité au premier abord, est un éclairage d’une valeur inestimable sur la vie quotidienne dans les camps de concentration et sur le combat qu’elle a mené tout au long de sa vie.

Comment se comporter dans ce genre de situation? Est-ce que l’on naît en héro ou est-ce qu’on le devient? Pourquoi le nom de cette femme qui a essayé de sauver de l’oubli l’identité d’un grand nombre d’enfant est-il aujourd’hui presque effacé?

Texte : Nina Džuver

Performer : Jelena Puzić

Direction musicale : Matija Andjelković et Sonja Lukić

Collaborateurs : Djordje Mamula et Ana Samardžić

Mise en scène : Katarina Milošević et Aleksandra Andrić

Production exécutive : Nataša Novaković, Jovan Todorovski et Stefan Uroš Tešić.