Nouvelles

«Les Français connaissent-ils vraiment la Serbie?»

FIGAROVOX/TRIBUNE - Emmanuel Macron est en visite officielle en Serbie lundi 15 et mercredi 16 juillet. À cette occasion, l’Ambassadrice de Serbie en France Natasa Maric salue le rayonnement culturel de son pays à l’international et rappelle l’importance du lien qui doit exister entre les Serbes et les Français.

Madame Natasa Maric est Ambassadrice de Serbie en France.


Je rencontre fréquemment des Français, surtout des jeunes, des étudiants et des journalistes, qui demandent sans cesse quand la Serbie deviendra enfin un pays européen, se référant certainement à notre adhésion à l’UE. Répondre à cette question est un grand défi car la Serbie, par son patrimoine historique, culturel, sa civilisation les valeurs communes et son mode de vie, appartient à la communauté des nations européennes. Ce désaccord entre géographie et géopolitique dans la vie quotidienne peut être source de confusion, et si je voulais vraiment exagérer, je dirais que cela pourrait créer une crise d’identité ; en effet, quand j’achète un timbre, ou bien quand je choisis le forfait pour mon portable, et que le vendeur me demande si la Serbie est en Europe, je réponds par l’affirmative ; mais le logiciel me ramènera vite à la réalité parce que mon pays n’est pas encore dans l’UE.

La Serbie travaille sans relâche aux fondements de l’orientation pro-européenne.

Je me demande parfois si l’Europe connaît la Serbie d’aujourd’hui, ou bien l’exploitation médiatique de la misère qui s’est abattue sur les Balkans à la fin du siècle dernier domine toujours et embrume tout ce qui est arrivé avant et après les évènements terribles des années 90. Le festival EXIT vient tout juste de se terminer, et c’est un des plus grands et, comme l’affirme le quotidien britannique The Guardian, un des meilleurs festivals musicaux européens. Ce festival qui a été créé en 2000 à Novi Sad - où pour la première fois après les conflits des années 90, des jeunes de tous les Balkans se sont rassemblés, et ils étaient nombreux - a pour mission de promouvoir la paix dans le monde avec une sonorité de notre région. En parallèle à la création du festival EXIT, à Belgrade ont été posés les fondements de l’orientation pro-européenne sur laquelle nous travaillons depuis sans relâche, encore et continuellement, et ce malgré les nombreux défis qui nous sont dictés par les relations internationales actuelles. Le public venu du monde entier pour assister au festival qui se déroulait à la forteresse de Petrovaradin, a séjourné, en fait, dans la Capitale européenne de la jeunesse, titre que la ville de Novi Sad a remporté pour l’année 2019. Il y a quelques mois à peine, afin de promouvoir la ville pour ce titre, nous avons organisé une soirée au Centre culturel de Serbie à Paris, situé à quelques pas du centre Pompidou, où se déroulait simultanément la rétrospective des films du célèbre cinéaste serbe Želimir Žilnik.

» LIRE AUSSI - Macron en Serbie pour «renouer des liens distendus»

L’ouverture du festival a été précédée par la découverte de l’installation conceptuelle «One Day...» de Yoko Ono, qui est l’expression de la coopération entre EXIT et l’artiste culte dans le cadre du projet «Première paix mondiale», par lequel EXIT célèbre le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale. L’œuvre de Yoko Ono a été révélée symboliquement le jour de la signature du traité de Versailles, et est consacré à la paix et à la survie. Nous pouvons voir cela comme un avant-goût de l’année 2021, l’année où Novi Sad sera la Capitale européenne de la culture.

Belgrade ne porte pas le titre de capitale culturelle mondiale, mais à l’automne, du moins une partie de la ville sera exposée à la lumière de la culture mondiale. L’exposition «Cleaner», consacrée à l’artiste de renommée mondiale, Marina Abramović, sera inaugurée au Musée d’art contemporain en septembre. Le public aura l’occasion unique de découvrir les œuvres de la grande artiste-performeuse dans sa ville natale.

L’effervescence du dialogue politique marque le désir mutuel de renouer les relations entre la Serbie et la France.

La création «One Day...» a été dévoilée le 28 juin, et le même jour dans la synagogue de Novi Sad, le violoniste serbe Nemanja Radulović, qui vit et travaille à Paris, a donné un concert magistral. En outre, le 28 juin, les Serbes célèbrent Vidovdan, une grande et importante fête que nous affectionnons et qui réveille en nous des souvenirs bons comme mauvais, nos victoires comme nos défaites. L’image envoyée par Novi Sad en ce jour festif reflète le présent et le modèle de la Serbie d’aujourd’hui, peut-être encore peu connue. Le Président Emmanuel Macron s’en apercevra lui-même aujourd’hui lors de sa visite à Belgrade où il est reçu par le Président serbe Aleksandar Vučić, première visite d’un Président français depuis 18 ans et en cette année marquant les 180 ans des relations diplomatiques franco-serbes. Les prémices de cette visite furent la venue à Paris de la Présidente du gouvernement serbe Madame Ana Brnabić, lorsqu’elle a rencontré son homologue Monsieur Édouard Philippe, et le Président du Sénat, Monsieur Gérard Larcher. Cette effervescence du dialogue politique est la marque d’un désir mutuel pour restaurer, et élever au plus haut niveau les relations entre nos deux pays comme elles ont toujours été à travers l’histoire.

En 1930 à Belgrade a été érigé le Monument de la reconnaissance à la France célébrant notre alliance lors de la Première Guerre mondiale, et il est le symbole de l’amitié franco-serbe. Avec le regard tourné vers l’avenir et sur son chemin vers l’Europe, la Serbie a plus que jamais besoin du soutien indispensable son vieil allié.

Afin de surmonter en toute sécurité la situation sociale causée par l'épidémie du virus Covid-19, le Ministère de la Culture et de l'Information de la République de Serbie propose sur son site web une liste de contenus culturels numériques proposés par des institutions culturelles ainsi qu'un accès au site web "Solidarité numérique".

Le navigateur web du patrimoine culturel garantit la disponibilité d'informations sur le patrimoine culturel de la République de Serbie, qui sont stockées dans les bibliothèques, archives, musées, galeries, instituts de protection des monuments, etc. et vise à favoriser l'apprentissage et la sensibilisation ainsi que l'importance du patrimoine culturel.

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Goran Paskaljević (1947-2020), un grand réalisateur serbe. Il a réalisé plus de 30 documentaires et 18 longs métrages. Ses œuvres "Poseban tretman", "Varljivo leto '68", "Bure baruta", "Vreme čuda", "Tango argentino", "Tuđa Amerika", ont profondément marqué le cinéma serbe et néanmoins yougoslave. Au cours de sa carrière, Paskaljević a remporté de nombreux prix prestigieux. En 2007, il est fait Chevalier des arts et des lettres, décerné par le Ministère de la Culture française. Nous sommes de tout coeur avec sa famille.

 

 

Chers amis, suite aux mesures gouvernementales concernant la propagation du COVID-19, le Centre Culturel de Serbie sera fermé au public à compter du vendredi 30 octobre 2020 et ce jusqu'à nouvel ordre. Nous espérons avoir le plaisir de vous accueillir de nouveau très prochainement et vous tiendrons informés dès réouverture !



 

Installation artistique de la collection du Musée d'art contemporain de Belgrade «Pilule amère» de :mentalKLINIK

:mentalKLINIK, un couple d'artistes d'Istanbul basé à Bruxelles et composé de Jasmin Bajdar et Birol Demir, propose le projet « Pilule amère » pour combler le vide créé par la fermeture de musées à travers le monde. Le décor est dépourvu d'humains et se compose de six robots aspirateurs, programmés pour détecter la poussière dans une pièce recouverte d'un tas de paillettes. En créant leurs propres dessins et en diffusant la lueur dans l'espace vide, les robots créent une atmosphère post-festive et suggèrent que rien ne restera le même.

Commisaire d'exposition : Carl de Smet