Expositions

LA JOURNÉE BLANCHE - du 10 au 14 décembre

LA JOURNÉE BLANCHE - du 10 au 14 décembre

Présentation du projet de la mode inspirée du patrimoine culturel immatériel de la Serbie.


Jeudi 28 novembre 2019 à 19h - « Le Monument de reconnaissance à la France – la restauration » et « Le mouvement moderne à Belgrade - le patrimoine architectural de la capitale »

Jeudi 28 novembre 2019 à 19h - « Le Monument de reconnaissance à la France – la restauration » et « Le mouvement moderne à Belgrade - le patrimoine architectural de la capitale »

Nous avons le plaisir de vous inviter à deux expositions qui auront lieu en même temps au Centre culturel de Serbie. Le vernissage est le 28 novembre à 19h, venez nombreux !

L’exposition « Le Monument de reconnaissance à la France – la restauration » est le dernier volet du projet de restauration du Monument de reconnaissance à la France à Belgrade, œuvre du célèbre artiste Ivan Meštrović et de ses collaborateurs. Ce projet de restauration, fait pour la première fois 88 ans après le dévoilement du monument, a été réalisé par l’Institut pour la protection des monuments culturels de la ville de Belgrade, de mars à septembre 2018, sur la base d’un accord entre les gouvernements de la République française et de la République de Serbie. La dernière partie de ce projet fut une exposition réalisée en décembre 2018 sur la promenade de la Sava, dans la forteresse de Belgrade, et consacrée à l’histoire du monument au cours de ces 88 dernières années, aux valeurs historiques et artistiques, au symbolisme, à l’importance mémorielle, ainsi qu’à la restauration. L’Ambassade de France à Belgrade a suivi la réalisation du projet de restauration du monument et de l’exposition, en tant que partenaire. Compte tenu du fait que le public de Belgrade a eu l’occasion de constater la complexité des travaux de restauration et de réhabilitation, nous souhaitons, maintenant, les présenter au public français qui a apporté, grâce à ses donations, une contribution significative à la restauration du patrimoine national, et de souligner les efforts conjoints des deux pays dans la restauration du patrimoine culturel serbe et de ce symbole permanent de l’amitié franco-serbe.

L’exposition « Le mouvement moderne à Belgrade – Le patrimoine architectural de la capitale » a été présentée pour la première fois à Belgrade, durant l’Année du patrimoine culturel européen, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine 2018, en tant que partie centrale du programme de l’Institut pour la protection des monuments culturels de la ville de Belgrade. Notre intention était de souligner que le patrimoine architectural de Belgrade partageait des valeurs communes avec le patrimoine culturel européen. En présentant cette exposition au public parisien, nous voudrions attirer l’attention sur l’influence du raffinement artistique et architectural français sur le patrimoine architectural serbe, et sur la continuité des multiples relations franco-serbes dans tous les domaines de la création sociale et artistique. L’apparition du mouvement moderne à la fin de la troisième décennie du siècle dernier a profondément bouleversé la construction de Belgrade. Le mouvement moderne s’est rapidement développé, tant par le nombre de participants que par le nombre et la qualité des travaux réalisés. Il a apporté des nouveautés dans les formes, la conception de l’espace, les matériaux, l’art décoratif, la construction. Il a pris le devant de la scène dans l’architecture résidentielle et publique, mettant ainsi au premier plan les concepts architecturaux et les idées de ses principaux protagonistes. Le grand nombre de bâtiments construits montre que l’architecture moderne à Belgrade a, d’une part, suivi les principaux courants artistiques des plus grands centres européens et, de l’autre, apporté des exemples uniques et authentiques. Les importantes réalisations, consignées dans le registre national du patrimoine culturel et celles qui prétendent à ce statut, seront présentées au public parisien dans le cadre de cette exposition.

Du 28 novembre 2019 au 01 février 2020.


Lundi 21 octobre 2019 à 19h30 - Exposition « Le patrimoine culturel immatériel de la Serbie »

Exposition « Le patrimoine culturel immatériel de la Serbie » du 21 octobre au 23 novembre 2019.

Vernissage le 21 octobre à 19h30 ! 

Les connaissances et savoir-faire traditionnels, l’artisanat, les pratiques et croyances rituelles que les communautés en Serbie ont reconnus comme étant spécifiques de leur identité et qui ont fait preuve de vitalité, ayant été sauvegardés jusqu’à nos jours, font partie du patrimoine culturel immatériel présenté à l’exposition « Le patrimoine culturel immatériel de la Serbie ».
L’exposition prête son cadre aux éléments du patrimoine culturel immatériel de la Serbie inscrits au Registre national, ainsi qu’à ceux inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Ce sont la slava familiale, le kolo, danse populaire traditionnelle et le chant accompagné au gusle, qui témoignent de la diversité du patrimoine culturel présent sur le territoire de la Serbie, tout en rappelant que les différentes communautés, vivant dans un même espace culturel, partagent les mêmes éléments de leur patrimoine culturel. 


Du 21 septembre au 19 octobre 2019 : « La Serbie dans la Grande Guerre 1914-1918 »

Du 21 septembre au 19 octobre 2019 : « La Serbie dans la Grande Guerre 1914-1918 »

Vernissage le 21 septembre à 19h

Exposition du 21 septembre au 19 octobre 2019

L’exposition « La Serbie dans la Grande Guerre 1914-1918 », par les documents des archives, les photographies, les cartes-postales, les cartes géographiques militaires, les esquisses, les tableaux synoptiques, les articles des journaux même les objets de musée (drapeaux des régiments, uniformes, sabres, médailles et diplômes commémoratifs) a offert une véritable histoire sur les événements en Serbie pendant la Première guerre mondiale.

L’exposition est le résultat de la  recherche d’une année du matériel des Archives militaire et historique de Pozarevac et présente la documentation de l’Archive militaire, l’Archive historique de Pozarevac, l’Archive de programmation de Radio-Télévision Serbe et du Musée militaire, elle compte 270 documents et photographies et 60 objets des musées, dont on démontre les thèmes suivants : le début de Première guerre mondiale et les opérations de l’armée serbe en 1914. la Serbie et son armée dans la seconde année de guerre 1915. les Alliés et la Serbie 1914-1916, la réhabilitation et la réorganisation de l’armée du Royaume de Serbie à Corfou, les Missions médicales des Alliés et le traitement de l’armée serbe, l’Armée serbe au front de Thessalonique 1916-1917. les héroïnes et les volontaires dans l’armée serbe et leur arrivée au front de Thessalonique, la rupture du front de Thessalonique et la libération de la Serbie et les pertes de l’Armée serbe à la Première guerre mondiale.

En respectant strictement le procédé scientifique et historique, avec un appui à la documentation des archives, l’équipe des auteurs et leurs institutions ont eu l’intention par l’affirmation des documents et des photographies de la Serbie à l’époque de la Première guerre mondiale, et les résultats scientifiques d’historiographie serbe, attire l’attention sur les effets tragiques de la révision politique de l’histoire, ainsi que de faire voir et approuver que de valoriser le passé a du sens, parce que la responsabilité envers l’état où on vit et l’essai de réviser l’histoire demande de faire montrer à tout le monde le corps des connaissances systématiques et scientifiques d’une vraie image du passé ce qui fait le fond pour continuer à explorer l’histoire politique et historique de la Première Guerre mondiale.

L’exposition « La Serbie dans la Grande Guerre 1914-1918 » est le monument qui marche, parle et explique le sens sublime de la vie qui ne durait pas longtemps pour les héros serbes. L’exposition est un grand rapport à la culture de mémoires, de témoignages et de durée.

Entrée libre !


“Encore une fois ? – La déconstruction de la reconstruction d’une destruction“

“Encore une fois ? – La déconstruction de la reconstruction  d’une destruction“

Vernissage : 05.09.2019. à 19h 


L’exposition “Encore une fois ? – La déconstruction de la reconstruction d’une destruction“ de l’artiste Dragan Trajkovski présente une analyse visuelle et conceptuelle des valeurs symboliques des éléments plastiques d’un œuvre artistique disparu – un mural “Bleu, Blanc, Rouge 0° 90°” de François Morellet, artiste français, et cela dans le contexte de disparition d’un état (la République socialiste fédérative de Yougoslavie) où ce mural fut peint en tant que le signe de l’amitié traditionnelle avec la France.Depuis le 2008 le mural est caché (pratiquement détruit) après la construction du “Bâtiment intelligent” et il n’est plus visible. A cause du disparition évidente ainsi bien de la RSF de Yougoslavie que du mural sur lequel la RSFY fut comparé d’une manière optimiste avec la France, Monsieur Trajkovski examine “l’exactitude” de la constatation artistique de Morellet portant sur la ressemblance (des drapeaux) de la France et de la RSFY. 
L’installation de l’exposition « Encore une fois ? » dans le Centre culturel de Serbie à Paris aura – outre la dimension complémentaire arrondie dans le sens de permettre au public français, aussi bien qu’ à l’autre partie éventuellement intéressée (en disposition contemplative du mural de Morellet sur la relation : deux drapeaux / deux états / deux 
nations) de vivre cet œuvre – une dimension interactive nouvelle : les visiteurs seront enquêtés s’ils vote pour la solution que l’endroit où se trouvait le mural doit être marqué à un certain mode, soit si le mural devrait être peint de nouveau, soit s’ils ont une idée tout-à-fait différente à proposer. 

L'exposition va durer jusqu'au 18.09.2019. 


Du 17 mai au 31 août 2019 : "Sava Choumanovitch et le secret de La Coupole"

Du 17 mai au 31 août 2019 : "Sava Choumanovitch et le secret de La Coupole"

Vernissage le vendredi 17 mai 2019 à 19h00.

La Galerie de la Matica srpska vous invite à l’exposition « Sava Choumanovitch et le secret de La Coupole » dans le cadre de la célébration des 180 ans des relations diplomatiques entre la Serbie et la France. L’exposition présente pour la première fois au public français une esquisse de Sava Choumanovitch (1896-1942) pour un pilier de la célèbre brasserie parisienne La Coupole (Montparnasse, 1927). En plus de cette esquisse représentant quatre figures féminines, et provenant d'une collection privée, l'exposition est aussi composée d'une réplique du pilier, de photographies anciennes de la brasserie La Coupole dans les années 1930, d’œuvres de Sava Choumanovitch provenant des collections de la Matica srpska et du film Les quatre cariatides d'Igor Antić, artiste qui vit et travaille à Paris. Le tout avec l’idée de montrer les liens très forts et les influences mutuelles entre les deux cultures – française et serbe – tels qu’ils existaient à l'époque et tels qu’ils continuent à exister de nos jours.

L’exposition est réalisée grâce au Ministère de la Culture et de l’Information de la République de Serbie, avec le soutien de l’Institut français de Serbie, du propriétaire des esquisses, et du Groupe Bertrand, propriétaire de la brasserie La Coupole.


Jusqu'au 12 avril 2019 - "Alors qu'il pleuvait des bombes"

Jusqu'au 12 avril 2019 - "Alors qu'il pleuvait des bombes"

"Alors qu'il pleuvait des bombes"
Serbie 20 ans après - Biljana WILLIMON & Vladimir VELIČKOVIĆ

Exposition du 23 mars au 12 avril 

Pour commémorer le 19ème anniversaire de l’agression de l’OTAN contre la Serbie, le Musée historique de Serbie a organisé l’exposition « Alors qu’il pleuvait des bombes, les artistes créaient ». Pour le 20ème anniversaire de cet événement, le Centre Culturel de Serbie vous propose de revoir cette exposition.

Alors qu’il pleuvait des bombes, la vie en Yougoslavie ne s’est pas arrêtée. L’armée se battait face à l’agresseur, les artistes peignaient et sculptaient, les comédiens continuaient leurs représentations, les chanteurs défendaient des ponts en chantant, les médecins s’occupaient des malades et des blessés, les employés des musées protégeaient leurs collections.

L’exposition montre les œuvres des peintres Biljana Willimon et Vladimir Veličković conçues lors de l’agression qui les a directement inspirés. Ce sont les seules œuvres du musée liées à cette thématique, ce qui est inestimable car sans elles il serait impossible de construire des récits historiques complets à ce sujet. Les artistes ont fait don de leurs œuvres afin que tout un chacun contribue à sa manière, à ce que le temps du mal ne tombe pas aux oubliettes.


 


Du 5 avril au 13 mai 2019 - Exposition multimédia : FLEKA - SIGNE SENS SON

Du 5 avril au 13 mai 2019 - Exposition multimédia : FLEKA - SIGNE SENS SON

Hommage à l’artiste Miomir Grujić Fleka

- Vendredi 5 avril à 19h30 Vernissage de l’Exposition multimédia : Fleka : Signe Sens Son 
- Samedi 6 avril à 19h30 Projection du film documentaire:  "Fleka, la voix d’underground"

Le citoyen de Šabac, mais également de Belgrade, Miomir Grujić Fleka était une figure incontournable de la scène belgradoise progressiste des années 80 et 90 du XXe siècle. Créateur et rédacteur de programme du célèbre club Académie à Belgrade ainsi que l’auteur de l’émission culte « Šišmiš » à la radio B92, Fleka devient le symbole de la scène belgradoise d’underground. L’exposition multimédia Signe Sens Son raconte son histoire.

Entrée libre


Jeudi 18 avril à 19h30 - Exposition/ installation "Maternité" de Marta Jovanović

Jeudi 18 avril à 19h30 - Exposition/ installation "Maternité" de Marta Jovanović

Performance / vernissage - jeudi 18 avril 2019 à 19h30

L'installation « Maternité » tire son origine d'une performance du même nom, que Marta Jovanovic a réalisée en février 2016 à Belgrade. La performance découle du besoin profondément personnel de l’artiste de contempler ses choix de vie ainsi que sa position en tant que femme artiste dans un univers patriarcal. Les œufs crus utilisés dans la performance Maternité deviennent des sculptures uniques dans l'installation, chaque œuf étant fait en cuivre électroformé et plaqué or 24 carats. Grâce à ce travail, Jovanovic fournit une perspective ironique à la destruction de ses œufs dans sa performance : non seulement les œufs sont soigneusement restaurés dans l'installation, mais ils - et donc ses « occasions manquées » ont même été littéralement transformés en or. - Dr Anja Foerschner