Conférences

Mercredi 13 mars 2019 à 19h30 - 180 ans de relations franco-serbes

Mercredi 13 mars 2019 à 19h30 - 180 ans de relations franco-serbes

Mercredi 13 mars 2019 à 19h30

Pour honorer les 180 ans de relations diplomatiques entre la France et la Serbie, des chercheurs français et serbes nous donnerons leurs analyses historiques et actuelles sur la relation de ces deux peuples.

Participants : Dr. Živojin Djurić, Institut d'études politiques de Belgrade, Dr. Sacha Marković, Paris IV-Sorbonne, UFR Etudes slaves; Institut des sciences sociales du politique de Nanterre, Dr. Aleksandra Kolaković, Institut d'études politiques de Belgrade, Dr. Anne Madelin, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen; Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, Dr. Nicolas Pitsos, Centre des Recherches Europes-Eurasie (CREE), INALCO, MA Ksenia Smolović, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, МА Dušan Gujaničić, Institut d'études politiques de Belgrade, МА Mladen Lišanin, Institut d'études politiques de Belgrade.


Mardi 19 mars 2019 à 19h30 - L'Université face aux défis de l'interculturalisme et l'art

Mardi 19 mars 2019 à 19h30 - L'Université face aux défis de l'interculturalisme et l'art

La Chaire UNESCO pour l'interculturalisme, management et médiation dans les Balkans, développée en coopération avec les universités françaises, rassemble les enseignants et les étudiants du monde entier et de tout le continent.


Participants:  Milena Dragićevič Šešić, directrice de la Chaire UNESCO, Danielle Cliche, secrétaire de la Section sur la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO, Jacques Bonniel, professeur de l’Université Lyon 2, Dare Pejić, étudiant venant de Slovénie, Dunja Jelenković, alumni, et Elizabeth Auclair,professeur de l’Université Cergy-Pontoise.


Vendredi 8 mars 2019 à 19h30 - Discours transpositionnel des identités et des espaces

Vendredi 8 mars 2019 à 19h30  - Discours transpositionnel des identités et des espaces

Présentation du département des Beaux-Arts et du département des Nouveaux médias d'art de l'Académie des Arts de Novi Sad. La présentation est dirigée par un expert associé au département des nouveaux médias d'art, Sunčica Pasuljević Kandić.

Du 8 au 9 mars, le Département des nouveaux médias, Département des beaux-arts, Académie de Novi Sad, présentera le projet de transposition visuelle des identités et des espaces au Centre culturel de Serbie à Paris.

Étudiant le concept d'identité et d'espace dans un monde à médiation technologique, le projet vise à donner une meilleure visibilité aux jeunes artistes qui traitent des arts médiatiques et des pratiques numériques. À travers des expositions, des débats publics, des conférences et des ateliers, le projet cherche à créer plus d'opportunités pour les jeunes artistes, leur permettant d'acquérir de l'expérience, de la visibilité, d'échanger des idées et des expériences.

Le projet rassemble de jeunes artistes, étudiants du département des nouveaux médias d'art:

Vanja Novaković, Jelena Gajinović, Luka Stojanović et Tijan Jevrić, qui, au cours de leur étude et de la durée du projet, ont développé leurs projets de recherche.

Le projet présentera au public franco-serbe un programme de deux jours:

Vendredi 8 mars à 19h

Présentation du département des Beaux-Arts et du département des Nouveaux médias d'art à l'Académie des arts de Novi Sad. La présentation est dirigée par un expert associé au département des nouveaux médias d'art, Sunčica Pasuljević Kandić.

Table ronde sur la construction et la déconstruction de l'identité où de jeunes artistes: Vanja Novaković, Jelena Gajinović, Luka Stojanović et Tijana Jevrić présenteront leurs recherches

Samedi 09 mars de 14 à 15h

Atelier public #IDPLACES qui, à travers une promenade psychogéographique, cartographiera les points d’identité les moins vulgarisés de la ville de Paris.

Au cours du projet, un projet collaboratif #IDPLACES a été développé (Vanja Novaković, Jelena Gajinović, Luka Stojanović et Tijana Jevrić en coopération avec Sunčica Pasuljević Kandić), qui traite de l’influence des réseaux sociaux, de la culture du moi, de la documentation et des médias, ainsi que de la présence physique et virtuelle. Le projet subversif utilise la plateforme Instagram pour encourager une réflexion participative et critique sur ces questions. Le projet débutera par un atelier à Paris.

Chef de projet: Académie des arts de Novi Sad

Coordinateur du projet: Sunčica Pasuljević Kandić, expert associé au département des nouveaux médias d'art.

Le programme a été réalisé avec le soutien du ministère de la Culture et de l'Information de la République de Serbie et de l'Académie des Arts de Novi Sad.

Au temps d’Internet et des réseaux sociaux, la vie quotidienne de l’homme se déroule dans une connexion hybride d’espace réel et virtuel. Un tel environnement de réseaux virtuels et de réalité mélangé, soulève des questions sur les nouveaux modes de socialisation, d’environnement et de transpositions de l’identité. L’idée du projet « Transposition visuelle de l’identité et de l’espace » est d’examiner si la conceptualisation actuelle de nous-mêmes et de notre environnement et en quoi elle diffère de la période qui a précédée l’hybridité actuelle qui nous entoure. Après avoir examiné et analysé les changements qui constituent notre identité et notre espace, tels qu’Internet et les réseaux sociaux, les artistes, réunis autour de ce projet, explorent les relations personnelles, spatiales et sociales qui participent à la formation de notre identité et de son environnement. Essayent-ils d’explorer ce qui constitue notre identité/nos identités et la manière dont nous le comprenons, nous le lisons et nous le présentons ?

Afin de permettre une visibilité de la pratique artistique des jeunes artistes, le projet se concentre sur la création de différentes plateformes telles que discussions publiques, expositions, conférences et ateliers. À travers ces plateformes le projet vise à faire connaître au grand public le travail et la pratique de jeunes artistes et d'artistes traitant du thème de l'identité. Le projet tente à lancer un débat public avec l'audience provenant d'autres domaines culturels, économiques et sociaux sur la construction de l'identité dans une société moderne et technologiquement avancée.

Dans le cadre du projet, un projet co-écrit #idplaces a été lancé. L'idée du projet prend racine dans l'environnement médiatique et physique à travers lequel notre identité est créée et où ce même espace est redéfini et modifié par notre mouvement et notre interaction, tant physique que virtuel. En prenant comme le point de départ les lieux « instagramables » (Media Instagram Places), le projet aborde des questions de la culture de selfie et de like, d'interface (soft power), une accumulation de contenu et de présence.

Instagram est devenu une plate-forme très puissante pour la création de marques et de présentations corporatives et personnelles. Il est devenu le média le plus répandu qui construit la réalité sociale et produit des perspectives de conscience très spécifiques. Sur Instagram, tout le monde mène une vie merveilleuse. La frénésie pour capturer le bon moment de notre présence dans les lieux les plus populaires qui offrent les contenus les plus populaires, que vous présenterez au monde entier pour montrer une certaine vision de vous-même et de la réalité, a créé une situation de non-présence. Le concept "tant que c'est présent sur Instagram, c'est ce qui est arrivé" a rendu l'enregistrement du moment de notre présence quelque part plus important que la présence et la véritable expérience du lieu et de la situation dans laquelle nous nous sommes trouvés.

En utilisant de manière subversive la même plate-forme, les auteurs veulent nous ramener aux valeurs qui sont en train d'être effacées par l'utilisation actuelle de ce média. Le projet commence par un atelier à Paris basé sur une promenade psycho-géographique dans des espaces urbains. En utilisant la promenade comme un système de guidage à travers des espaces, à la recherche de lieux ou de non-lieux, l'atelier a pour objectif de cartographier les points d'identité de la ville moins connus mais pas moins précieux. L’idée est de renverser le pouvoir de marque d’Instagram et de le diriger vers des espaces et des histoires de présence. De souligner les lieux NonInsta qui, à travers les perspectives des participants, permettent la création d’une carte d’identité beaucoup plus détaillée et réaliste de la ville visitée et de ses citoyens.

À travers un atelier public, les jeunes artistes veulent se rapprocher du public et l’engager dans une réflexion commune sur les identités personnelles et spatiales. L'idée du projet est d´inciter les autres, par une interaction hybride assimilant l'espace physique et virtuel, à contribuer avec leurs histoires et suggestions aux lieux NonInsta. Le projet vise à devenir un organisme autonome et durable qui se formera et présentera des couches diverses de l'identité émergeante et disparaissante.

Le titulaire du projet est l'Académie des Arts de Novi Sad. L'auteure du projet est Sunčica Pasuljević Kandić, expert associé au Département des nouveaux médias de l'Académie des arts.

Les artistes rassemblés, auteurs d'œuvres et co-auteurs de l'atelier #idplaces sont: Luka Stojanović, Jelena Gajinović, Vanja Novaković et Tijana Jevrić.

À propos du département d’arts des nouveaux médias

Le département d’arts de nouveaux médias est le premier département en Serbie qui a été créé dans le but de fournir un espace de recherche dans le cadre de l’art médiatique contemporain aux futures générations de jeunes artistes. À travers ses programmes et projets, le département fait connaître aux étudiants les pratiques médiatiques actuelles et il encourage les travaux sur la coopération multidisciplinaire et l’expérience d’exposition.

Le programme d’études est flexible et adapté au streaming contemporain sur la scène des médias. Grâce à des connaissances pratiques et théoriques, les étudiants ont la possibilité de se familiariser avec les nouveaux supports visuels et d’explorer à travers les recherches inter-médias et les travaux expérimentaux dans le domaine de l’installation, du son, de la vidéo et de la pratique numérique. Grâce au mentorat, à la discussion et à la participation à des projets, les étudiants approfondissent leurs connaissances théoriques et pratiques et ils se préparent à devenir de jeunes artistes et pédagogues sur la scène artistique.